Prendre son bien en urgence de EJ EYRE




Les bouleversements que l’on vit actuellement ont fait apparaître de nouvelles dénominations comme celle d’Artiste issu du confinement’. La bruxelloise EJ EYRE en est un parfait exemple. Après le premier lockdown et une remise en question de son parcours de vie, elle se lance dans l’écriture et la composition en août 2020. Et c’est une révélation. La création qui apaise les esprits malmenés par cette crise sanitaire à nulle autre pareille. La création comme source de réconfort et de soutien. Pour soi-même et pour les autres. Comme un écho à cette crise, ses chansons abordent la tristesse, la rupture, les cicatrices, le combat et l’envie de prouver qu’on peut s’en sortir plus fort. L’EP, qui sort le 7 mai s’intitule ainsi ‘Prove them wrong’ et se présente comme un récit en 6 parties. 6 chapitres qui racontent les étapes-clés de la vie d’EJ EYRE ces 10 dernières années. Il est emmené par le single du même nom, qui sortira, lui, le 23 avril. ‘Prove them wrong’ est le mantra d’EJ EYRE. Prouve-leur que tu es plus qu’un condensé de tes blessures passées. Prouve-leur que tu es sortie grandie de tes combats. Prouve-leur que tu as raison de croire en toi.Afin de donner vie à cet EP 6 titres, EJ Eyre a collaboré avec Glenn Meul, alias Venemy pour les arrangements. Un producteur musical qui partage sa sensibilité et donne du relief à ses textes, sa musique et ses émotions. Les clips de ce mini-album sont réalisés par Bartoloméo La Punzina, rencontré virtuellement en plein confinement. Une connexion étonnante et touchante de deux opposés qui engendre des visuels esthétiques, léchés et cinématographiques. Pour les tenues, EJ EYRE fait confiance à Zaphyra Papagiorgi, une jeune styliste belge rencontrée lors d’un défilé.Plusieurs clips qui composent l’EP sont sortis préalablement (‘Break up’, ‘Peter Pan’ et ‘Scars’)